Coudekerque-Branche est née le 14 décembre 1789, par le décret instituant les communes

Elle est issue de la « Branche » de Coudekerque, paroisse plus ancienne dont l’existence est attestée depuis le XIème siècle. Primitivement rurale, la commune connaît une précoce « révolution industrielle », liée à l’apparition des filatures, brasseries et autres industries agro-alimentaires. Coudekerque-Branche possède des atouts indéniables permettant à l’industrie de se développer : située dans l’arrière pays de la zone portuaire de Dunkerque, elle possède de vastes zones disponibles, desservies par de nombreux canaux.

Pourtant, depuis sa création, le territoire communal a plusieurs fois été amputé : le quartier du Jeu-de-Mail est annexé par Dunkerque en 1850, la section A, dite de Rosendaël, prend son autonomie en 1860.

Néanmoins, la population coudekerquoise passe de 1265 habitants en 1800 à 5440 en 1901.

De grandes industries, telles le tissage Weill, l’usine Dickson, la chaudronnerie Longatte, la multitude de brasseries, attirent une population ouvrière importante.

Place de la République en 1950

Coudekerque-Branche

Coudekerque-Branche

Coudekerque-Branche (Nieuw-Koudekerke1 en flamand occidental (église-froide nouvelle)) est une commune française située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Plan de la ville

Les progrès des infrastructures sont un atout de taille

L’année 1888 voit la construction de ponts et d’un chemin transversal, reliant enfin tous les quartiers séparés par des canaux, ainsi que l’inauguration de la gare le 16 septembre.

En 1881, le triage des wagons atteignait facilement les 500 unités par jour.

La construction du dépôt de locomotives et de l’important atelier de réparation dits de « Dunkerque » sur le territoire communal firent de la commune un grand centre ferroviaire jusqu’à la fin des années 1960.

La première paroisse, dénommée du Sacré-Cœur, est créée dans les années 1880. Sous les mandats successifs du maire socialiste Gustave Fontaine, de 1904 à 1937, la commune modernise ses équipements publics et voit sa population augmenter (en photo, la place de la République en 1950). Relativement épargnée durant la Première Guerre Mondiale, Coudekerque-Branche souffre de l’invasion de 1940 et de l’occupation allemande. Libérée le 9 mai 1945 seulement, Coudekerque-Branche compte presque 500 maisons détruites.

Depuis les années 50, le paysage urbain de la commune se transforme, marqué par les grandes constructions collectives et la naissance de nouveaux quartiers, notamment dans le Coudekerque-Branche oriental. Les équipements publics suivent cette urbanisation galopante : écoles, services municipaux de proximité.

Les grandes mutations économiques viennent freiner cet élan, non sans mal : la grande industrie textile et agro-alimentaire disparaît presque complètement, laissant des friches et obligeant la commune à repenser son territoire d’une superficie 914 hectares. Une nouvelle dynamique socio-économique se met aujourd’hui en place, dans une commune forte de 22.710 habitants.

Mémoires de la ville

Depuis 2008, la commune lance un vaste travail de collecte de souvenirs afin de recueillir un maximum de témoignages personnels sur le passé de Coudekerque-Branche. La vie quotidienne dans les usines textiles et les brasseries, le témoignage des personnes ayant connu l’occupation allemande ou encore la vie à l’école d’autrefois sont autant de sujets riches en témoignages.

Cette collecte mémorielle constituera une base de données historique aussi intéressante que les archives-papier et qui sera mise en valeur par des projets culturels et inter-générationnels.

Les maires de la commune de Coudekerque-Branche depuis 1790

Période Identité
1790 1790 Jean-Louis Verhulst
1790 1792 Henri Verhulst
1792 1795 Jean-Louis Verhulst
1795 1796 François-Simon Boisbergue
1799 1825 Pierre-François Candilliez
1825 1826 Epimache Casteleyn
1826 1827 Louis Thévenet
1827 1827 Pierre Verbregghe de mars à juillet (démission de M.Thévenet)
1827 1832 François-Benoît Capele
1832 1839 Alexandre-Auguste Chauveau-Beyaert
1839 1843 Pierre Cardock-Lebecque
1843 1846 Louis-Augustin Landron
1846 1847 Edouard Daulle
1847 1851 Célestin Malo
1851 1858 Auguste Lebecque-Gomel
1858 1874 Bertrand Daulle
1874 1875 Adolfe Gomel
1875 1878 Pierre Grujon
1878 1891 Prosper Clere
1891 1892 Damase Leconte
1892 1901 Emile Dickson
1901 1904 Georges Paresys
1904 1937 Gustave Fontaine
1937 1940 Henri Naassens
Juillet 1940 1941 Emile Gens
1941 1945 Emile Gens (nommé par arrêté du ministre de l’intérieur)
1945 1947 Marcel Allouchery
1947 1976 Maurice Mollet
1976 2008 André Delattre
2008 en cours David Bailleul