J’ai coutume de dire que le mandat de maire est le plus beau et le plus enthousiasmant, c’est d’ailleurs pour cela que j’ai voulu m’y consacrer à 100 % en refusant d’autres possibilités.

Si je résume mes échanges avec les Coudekerquois du conseil municipal des jeunes et des ados qui m’ont posé en direct leurs nombreuses questions pertinentes durant la belle cérémonie des voeux : ce mandat est aussi peut-être le plus prenant et le plus contraignant, car nous sommes le dernier lien de proximité et de cohésion sociale dans une société toujours plus complexe.

“Les mains dans le cambouis ! Tant demandé et aussi tant écartelé entre les injonctions contradictoires des différentes administrations, par exemple : « Construisez plus de nouveaux logements mais attention, sans consommer de nouveaux terrains ! ».”

Et puis, bien sûr, l’épineuse question des budgets avec une inflation galopante non compensée par les dotations de l’État qui ne suivent pas. Sans oublier une flambée de l’énergie alors que l’on a écarté du bouclier tarifaire les mairies !

“N’omettant pas non plus toujours quelqu’un dans un coin qui vous dira comment CE N’EST PAS POSSIBLE de faire et pourtant… on le FAIT.”

Les exemples récents du lancement du chantier de la piscine ou du démarrage des travaux du grand centre d’imagerie médicale et de médecine nucléaire, permettant ainsi à Coudekerque-Branche d’obtenir des appareils dernier cri comme des IRM ou encore un TEP-scan, sont des preuves tangibles de ce volontarisme qui aboutit à des résultats visibles par tous.

Comme vous le voyez, votre quotidien n’est pas toujours rose… Celui des maires non plus… Et pourtant, plus que jamais, je reste passionné pour ma commune natale parce que j’aime mes Coudekerquois !