Pour contacter la police municipale :
0 800 00 59 00 (n°vert)

Etat

Sport santé sur ordonnance

Le sport santé sur ordonnance a été créé en 2014 à Coudekerque-Branche (première ville du Nord à lancer ce dispositif qui a ensuite été repris au niveau de l’État dans la loi Marisol Touraine) et rencontre depuis un très grand succès. Il propose des séances d’activités physiques adaptées à la santé aux Coudekerquois en affection longue durée (ALD), sous la responsabilité de Marie Lust, diplômée spécialisée.

Pour s’inscrire, les personnes doivent venir récupérer un certificat médical type à remplir par leur médecin et doivent y joindre l’attestation de prise en charge ALD ainsi qu’une attestation de responsabilité civile.

Activité physique adaptée sur prescription médicale aux Coudekerquois atteints d’une affection de longue durée.

Renseignements :
Service des sports : 03 28 25 42 03

Impôts locaux : pas d’augmentation des taux par la commune

Impôts locaux 2022 : comment ça marche ?

Désormais, 86 % des Coudekerquois ne paient plus la taxe d’habitation et les 14 % de contribuables encore redevables ont vu cet impôt diminuer de 2/3. Le dernier tiers devrait être supprimé pour l’année 2023. En ce qui concerne la taxe foncière payée par tous les propriétaires, comme déjà précisé, le taux communal n’a pas augmenté.

Si le montant peut différer par rapport à l’an dernier, il s’agit de la revalorisation par l’État et non par la ville car depuis 2018, la taxe foncière est indexée sur l’indice à la consommation. Quand l’inflation est proche de zéro cela ne modifie pas la somme, mais quand l’inflation est forte, comme c’est le cas en ce moment, il peut y avoir une incidence notable.

Pour passer l’hiver : ne rien lâcher !

Les mairies subissent l’inflation de plein fouet notamment avec le coût vertigineux de l’énergie l’envol de son prix. Cette situation s’est encore dégradée cet été, et c’est sans compter sur le fait que la moitié des réacteurs nucléaires sont aujourd’hui à l’arrêt. Nous n’avons de cesse de dénoncer cette situation depuis des mois sans réponse réelle pour l’instant du Gouvernement,

“l’Etat vole au secours des entreprises privées très énergivores mais refuse le tarif réglementé aux communes pour chauffer leurs écoles ! On marche là aussi sur la tête.”

Ce coût intenable, 335 % d’augmentation pour l’électricité et plus du doublement de la facture de gaz nécessaire au chauffage pour la ville de Coudekerque-Branche, peut entraîner des conséquences en cascade si nous n’agissons pas au plus vite.

C’est pour cela que, depuis cet été, j’ai mobilisé une bonne partie de mon énergie à mettre en place un plan d’actions de 23 mesures qui se déploie actuellement. Il fait aussi appel au bon sens des usagers, à la prise en compte de la situation de tous et à un travail de fourmi de contrôle quasi-journalier pour éviter d’un côté un chauffage non éteint ou de l’autre un éclairage oublié par le dernier utilisateur.

C’est épuisant à mener et c’est très souvent l’équipe municipale qui est sur le terrain pour ce type de contrôle au quotidien. Nous n’avons malheureusement pas d’autre choix afin d’éviter de faire payer cette inflation galopante aux Coudekerquois, ce que je me refuse bien évidemment.

Malgré cela, notre priorité d’améliorer votre quotidien est toujours chevillée au corps et les grandes actions présentées dans ce magazine concernant la santé le démontrent ô combien.

Des actions innovantes risquent d’être encore confortées, je le souhaite ardemment, par une mesure supplémentaire que nous sommes en train de mener avec l’Agence Régionale de Santé

“afin de pouvoir, dans un centre de soins municipal, permettre des permanences de médecins généralistes retraités qui seraient sous contrat avec la Ville. Ce qui renforcerait un peu plus l’offre de médecins généralistes et soulagerait ceux en place dans la commune qui ne peuvent plus prendre de nouveaux patients.”

Nous ne réussirons à surmonter cette crise énergétique et ses lourdes conséquences que si tout le monde s’y met.

 

Votre Maire

 

 

La part communale de la taxe foncière n’a pas augmenté

Malgré la non augmentation de la part communale, la taxe foncière peut différer cette année

La part communale de la taxe foncière n’a pas augmenté depuis 14 ans. Et cette année encore, la municipalité n’a pas grossi ses taux. Par contre, depuis 2018, la valeur cadastrale de votre habitation est revalorisée par les impôts selon l’indice des prix à la consommation.

Compte tenu de la reprise de l’inflation, certains propriétaires pourraient voir augmenter – du fait du calcul de l’État et en aucun cas de la part de la commune – la valeur de leur bien et donc le montant de l’impôt foncier.

 

 

Mur anti-bruit, c’est au tour de Coudekerque-Branche

Alors que le projet de mur anti-bruit semblait définitivement oublié il y a 10 ans , Monsieur le Maire a été le premier à se mobiliser à tous les échelons pour obtenir la relance de ce projet. Une carte du bruit et de ses nuisances a vu le jour, il a fallu ensuite mettre en place un plan de prévention du bruit qui a pris plusieurs années et ensuite réussir à le financer.

Longtemps, l’État (l’A16 n’est pas une autoroute payante et donc gérée par les services de l’État) qui s’était engagé, n’a pas pu financer le projet. La solution est venue de la Communauté urbaine puisque le Président, Patrice Vergriete, a entendu les arguments du Maire et a décidé de participer au co-financement du mur à l’échelle du territoire.

Ainsi, après la première phase qui se construit actuellement à proximité de Petite-Synthe, les deux portions prévues pour Coudekerque-Branche seront réalisées dès 2023 et viendra ensuite la troisième étape vers l’est de l’agglomération.

Monsieur le Maire a distribué des masques dans les collèges et le lycée de la ville

L’État a annoncé à la fin de l’été qu’il ne fournissait pas de masques gratuits aux collégiens et aux lycéens (dans les faits, l’État n’en a finalement jamais fourni à personne !).

C’est donc la municipalité qui a répondu, une nouvelle fois, présente. À Coudekerque-Branche, tous les élèves des 4 collèges et du lycée professionnel Fernand Léger ont reçu des masques en tissu offerts par la commune (2 par élève).

La solidarité est une force.

 

 

Monsieur le Maire reçu à l’Elysée

Dans le cadre de la restitution du grand débat national, Monsieur le Maire a été reçu à l’Élysée. Lors de la réunion publique qui s’est tenue en février à Coudekerque-Branche et suite aux nombreuses doléances inscrites dans le cahier mis à disposition en mairie à cet effet, Monsieur le Maire s’était engagé à remettre personnellement et au sommet de l’Etat les revendications coudekerquoises.

C’est chose faite et l’engagement a été tenu puisque, le 29 mars, Monsieur le Maire a pu remettre les documents au Président de la République et l’interpeller sur 3 questions.

 

Monsieur le Président : Quand arrête-t-on la machine à broyer la proximité ?

Voilà en substance, le message que j’ai essayé de faire passer au Président de la République lors de mon intervention, à l’Elysée, invité en tant que Maire d’un chef-lieu de canton de la Région Hauts-de-France.

En effet, je m’étais engagé à porter au plus haut sommet de l’Etat les revendications coudekerquoises émanant du débat national et j’ai pu tenir cet engagement.

Trois sujets importants à mes yeux pour l’avenir de notre commune ont été évoqués lors de ma prise de parole.

Tout d’abord, j’ai abordé la question de la proximité et l’importance de donner aux communes les moyens d’agir, mais aussi d’arrêter la réduction des services publics et des services aux usagers.

Ce qui a permis d’évoquer pêle-mêle les baisses de dotations, les suppressions des moyens de l’Etat et les transferts de compétences vers les collectivités sans leur attribuer les moyens nécessaires.

“Je crois, au travers des propos énoncés, avoir tenu mon rôle, qui est, d’abord, celui d’être votre représentant.”

En fervent défenseur de la démocratie participative, j’ai rappelé que ce grand moment, libre de parole, peut révéler une issue positive pour nos concitoyens, à condition que les mots soient suivis d’actes.

Ce n’est qu’avec cette philosophie que la parole publique garde tout son sens auprès des habitants.

“Enfin, fort de mon expérience personnelle de Maire de ma ville natale, depuis 2008,j’ai insisté sur le fait qu’en 10 ans les gens n’ont pas changé, ce qui a évolué c’est la difficulté et la cherté de la vie autour d’eux.”

A l’échelle locale, nous essayons de préserver un pouvoir de vivre.

Au tour de l’Etat de garantir un pouvoir d’achat.

Comme vous le savez, peu adepte des grands rassemblements, j’ai accepté cette invitation de la Présidence de la République à condition de ne pas y faire de la figuration.

À l’heure où j’écris ces lignes et suite au terrible événement de Notre Dame de Paris, les réponses à ces questions ne sont pas encore rendues. Je souhaite ardemment avoir été entendu pour vous, pour notre quotidien.

 

Votre Maire

Écouter c’est bien, mais entendre c’est mieux !

Le Président de la République, dans sa lettre aux Français, a la volonté d’organiser un grand débat national et il demande aux Maires, qu’il a pourtant ignorés depuis le début de son mandat, d’être les chevilles ouvrières de l’organisation de cette concertation.

Néanmoins, connaissant bien la démocratie participative et la concertation, puisque nous la pratiquons de manière active depuis 10 ans, je mets en garde le plus haut sommet de l’Etat. En effet, ce grand débat national ne doit pas être une coquille vide mais doit automatiquement apporter des réponses, sinon la déception de cet exercice va entraîner quelque chose d’aussi fort, voire plus, que ce qui s’est passé ce dernier mois.

Si l’une des principales demandes de la mobilisation citoyenne après le pouvoir d’achat est d’être écouté, c’est surtout et avant tout, parce que les habitants de notre pays ont l’impression d’un manque de considération de leurs gouvernants.

“À Coudekerque-Branche vous serez toujours considérés, j’y veille.”

Je tiens à vous rappeler qu’à Coudekerque-Branche vous serez toujours considérés, j’y veille, et si le dé-bat n’est pas trop cadré, il sera peut-être un atout pour faire avancer les choses. Le premier de cordée si cher au gouvernement n’est pas bête et, bien sûr, l’ouvrier, l’employé, l’artisan, la mère de famille, le commerçant le retraité, l’enseignant, le demandeur d’emploi… ne le sont pas non plus.

“Coudekerque-Branche organisera ce débat non pas parce que c’est une demande de l’Etat, mais bien une demande des Français qui,par leur mobilisation depuis plusieurs semaines, ont réussi à obtenir cette écoute.”

En revanche, ils ne disent pas la même chose, et c’est là toute l’importance d’écouter mais surtout d’ENTENDRE.

“Et c’est là toute l’importance d’écouter mais surtout d’ENTENDRE.”

Nous sommes, élus locaux, bien placés pour affronter avec les habitants, le monde réel, le quotidien et c’est pour cela qu’il nous faut aider aux débats et permettre à nos concitoyens d’être entendus.

Toujours à vos côtés, à votre écoute et à vous entendre.

Votre Maire

 

Aller au contenu principal
Aller en haut