Pour contacter la police municipale :
0 800 00 59 00 (n°vert)

sensibiliser

Lutte contre l’obésité infantile : ayez le réflexe Préval Jeunes

La ville est partenaire du réseau Preval qui a ses locaux au sein de l’EPIS, place de la Convention. Le dispositif Preval jeunes vient en aide aux enfants présentant un excès de poids. Celui-ci complète les autres actions de sensibilisation mises en place par la ville comme les ateliers cuisine pour apprendre aux jeunes à manger équilibré.

« La prévalence de l’obésité dans le Nord est supérieure aux normes nationales : 26 % d’obésité adulte dans le Nord contre 17 % au niveau national », c’est l’état des lieux précisé par Marie Odile Vanhille-Halloo, directrice de l’association de santé Preval. De surcroît, la région Hauts-de-France est reconnue pour être celle où le nombre de jeunes en surpoids est le plus important.

Afin de prévenir le risque d’obésité, le réseau Preval a mis en place des séances de groupes par tranche d’âge, le mercredi matin et après-midi, à destination des enfants de 8 à 15 ans, en excès de poids. L’objectif de ces séances est de sensibiliser les jeunes et leurs parents à la bonne alimentation et aux bienfaits de l’activité physique. Les ateliers sont encadrés par une équipe pluridisciplinaire composée d’une diététicienne, d’une psychologue et d’une éducatrice médico-sportive. Afin de bénéficier de cette aide précieuse gratuite, il suffit de vous rapprocher de votre médecin traitant.

Renseignements :
Place de la Convention – 03 28 66 77 77
Site : https://www.diabete-obesite.fr/
Facebook : reseaupreval

Les actions dans le cadre d’Octobre rose

Dans le cadre d’Octobre rose, la campagne annuelle visant à sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein et à récolter des fonds pour la recherche, les habitués de l’atelier scrapbooking de la Maison de quartier du Vieux Coudekerque ont participé à l’action « marque page ».

Leurs créations ont été offertes aux patientes de l’Institut Curie de Paris, en signe de soutien aux femmes atteintes d’un cancer du sein.

 

 

 

La ville s’équipe d’un radar anti bruit

La ville s’est équipée d’un radar anti-bruit qui a pour objectif de limiter le bruit lié aux pics de vitesse, aux rodéos et aux pots d’échappement trafiqués. Le seuil du capteur oscille entre 85 et 90 décibels. Au-delà, une oreille rouge s’affiche, indiquant que le véhicule fait trop de bruit.

Le radar est en service sur les grands axes (déplacé chaque semaine) comme la rue Hoche ou l’avenue Jean-Baptiste Lebas. En parallèle, la police municipale effectue des contrôles afin de prévenir et de sensibiliser les conducteurs de véhicules trop bruyants.

À noter que la police municipale de Coudekerque et ses innovations (poste mobile, radar mesurant le bruit) ont été mises a l’honneur sur les ondes internationales au travers d’un reportage radio sur RFI.

L’école d’aujourd’hui fera la société de demain

Convaincu depuis toujours, de par ma formation, mais aussi au travers de mon engagement de politique locale, que la transformation de notre société passe d’abord par le renforcement du socle commun qu’est l’école.

“La ville de Coudekerque-Branche investit chaque année pour l’éducation de nos jeunes et cela représente jusqu’à 25 % des dépenses globales du budget communal : un euro sur quatre dépensé est à destination de nos enfants qui représentent notre avenir.”

Cela passe bien sûr par la partie la plus visible : les nombreux travaux d’été qui sont menés dans les établissements scolaires propriétés de la commune (17 écoles !), mais aussi par les nombreuses actions, tout au long de l’année (au nombre de 42 ! Qui dit mieux ?), proposées aux enseignants et prises en charge par la ville : les éducateurs sportifs mis à disposition, des animateurs municipaux pour sensibiliser à l’écologie urbaine et au développement durable, un professeur de « coding » pris en charge par la ville et beaucoup d’autres exemples.

“Numérique, alimentation, préserver la planète… L’école, c’est aussi l’occasion de s’ouvrir à ce monde de transition”

Si je devais revenir sur un seul exemple qui traduit ce temps d’avance pour faire l’école de demain c’est la mise en place du « coding », après un essai concluant dans plusieurs écoles l’année dernière, pour toutes les écoles élémentaires dès cette rentrée de septembre.

Le « coding » c’est l’apprentissage par le jeu du codage informatique et de la robotique. Dans certains pays anglo-saxons il est obligatoire au programme dès la classe de CP, chez nous en France, Il est obligatoire à partir du collège.

“Pour rattraper ce temps perdu par rapport aux pays voisins, la ville de Coudekerque-Branche porte elle-même ses projets d’initiation au « coding » afin que nos enfants soient armés pour les métiers de demain.”

En effet, avec la digitalisation de l’économie, une grande partie des métiers de nos enfants ne sont pas encore connus aujourd’hui, mais cela passe obligatoirement par la bonne maîtrise de l’outil de programmation informatique mais aussi les ateliers linguistiques pour apprendre gratuitement l’anglais et le néerlandais. Voilà concrètement ce que signifie agir pour l’avenir des écoles et de nos enfants.

La nature, c’est bon pour la santé et la réussite éducative

Alimentation locale, bio et circuits courts à un tarif accessible à tous, promotion de l’activité physique, sensibilisation à la nature et prévention des conduites addictives chez l’enfant, la municipalité s’attèle aussi à préserver la santé de nos écoliers.

Je vous souhaite à toutes et à tous et à toutes une belle rentrée.

 

 

Collectionnez Coudekerque-Branche

Dans le cadre du programme éducatif global lancé il y a plusieurs années, la ville mène avec les écoliers une action d’éducation civique et de citoyenneté. L’an dernier, par exemple, tous les écoliers avaient reçu un livret sur le devoir de mémoire et les élèves de CM s’étaient rendus sur les lieux de mémoire de la 1ère Guerre mondiale (Vimy et Notre Dame de Lorette). Cette année, c’est le patrimoine communal qui est à l’honneur avec la création d’un album Panini !

La ville a donc souhaité sensibiliser ses écoliers au patrimoine communal et l’anniversaire des 230 ans de la création de Coudekerque-Branche n’y est pas étranger ! Elle a décidé de créer son propre album Panini collector de 30 vignettes et d’en offrir un à chaque élève des écoles élémentaires. Près de 1 100 albums ont déjà été distribués. Les enfants collectionnent les vignettes tout en découvrant les facettes du patrimoine coudekerquois.

Ainsi, ils pourront mieux faire connaissance avec leur commune, mais aussi son histoire, ses bâtiments, son avenir à travers les 30 images, parmi lesquelles : l’Hôtel de ville, le Monument aux Morts, le restaurant Le Soubise (le plus ancien bâtiment de la ville), le château Lesieur, le pont Saint-Georges, la Maison de la Mémoire, le centre culturel Aragon, l’espace Jean Vilar, mais aussi le camp multi-époques ou encore la fresque Mikko Umi.

 

 

les récrés fruitées sont toujours un succès

Depuis 2008, Coudekerque-Branche offre à ses petits écoliers des fruits pendant les récréations, afin de sensibiliser les jeunes coudekerquois à un comportement alimentaire sain, même au moment du goûter. 5 fruits et légumes par jour, c’est bien. Mais c’est encore mieux lorsqu’on respecte leur saisonnalité : cerises, abricots ou nectarines en l’été ; raisin et pomme en l’automne ; kiwis ou clémentines en hiver, ou fraises ou pomelos au printemps. À chaque saison, son fruit !

La ville, pionnière dans le domaine de l’alimentation à l’école, est la seule commune à distribuer, depuis le lancement de ce programme européen, des fruits (26 variétés différentes) à plus de 2 500 enfants par jour.

Acquérir les bons réflexes dès le plus jeune âge

La police municipale mène des actions afin de sensibiliser les jeunes à la prévention routière. Selon leur âge, ils sont initiés à la pratique du vélo ou à la pratique du scooter. Un objectif : rappeler qu’au niveau de la sécurité routière, nous sommes tous responsables.

La police municipale joue son rôle de prévention
L’action menée par la police municipale, en partenariat avec l’Adasard, a pour ambition de sensibiliser les jeunes aux risques présents sur la route. Que ce soit à vélo ou à scooter, des règles existent pour que chacun soit en sécurité. L’opération de prévention routière sert à rappeler ces règles de manière théorique, puis des parcours à vélo ou des simulateurs de scooter complètent la sensibilisation.

Les autres actions de sensibilisation auprès de nos jeunes
Parce que la sécurité sur la route et les trottoirs doit être une action sans relâche auprès des jeunes, pas toujours conscients des dangers de la route, la police municipale et la ville interviennent aussi auprès des élèves de CM1 sur une action de prévention qui permet à ces jeunes d’obtenir un permis piéton : « A pied, c’est moi qui conduis ». Les élèves de CM2 sont eux sensibilisés aux dangers liés à l’utilisation d’internet et reçoivent aussi un permis.

Aller au contenu principal
Aller en haut